Sophie Brahe, l’autre étoile du Danemark

330px-Sophie_Brahe« On a coutume de dire que l’étoile du Danemark est double », raconte Yael Nazé lors d’une conférence consacrée aux femmes astronomes. Double parce qu’aux côtés du plus grand savant danois de la Renaissance, Tycho Brahe – l’étoile du Danemark donc – se trouvait une femme. Non pas sa femme mais sa petite sœur, Sophie.

Mais commençons d’abord par Tycho Brahe, un immense astronome, l’un des pères de l’observation des astres très souvent cité en société. Mais moins pour sa vie que pour sa mort. « Je ne veux pas finir comme Tycho Brahe ! »  entend-on parfois dans la bouche des physiciens pressés de soulager leur vessie (la culture se niche décidément partout). Celle, légendaire, de Tycho aurait en effet explosé à la suite d’un banquet royal qu’il n’aurait pas osé quitter avant son hôte. Une fin cocasse, mais remise en question dans les années 1990 après une analyse de cheveux. Le savant aurait en effet été empoisonné au mercure, peut-être par Kepler lui-même. Mais je m’écarte du sujet. Maintenant que la notoriété de Tycho est solidement assise, revenons sur le cas de Sophie.

Née en 1556 (ou en 1559), Sophie est la plus jeune des sœurs de Tycho. Elle reçoit une éducation privée et se marie tôt. Par chance (si je puis dire), son époux décède rapidement, la laissant veuve, riche et libre de ses actes. Une chance à l’époque. Elle se passionne alors pour l’horticulture et la pharmacie où elle excelle. Elle s’intéresse ensuite à l’astronomie et prie Tycho de lui enseigner ce qu’il sait. Le bougre refuse. Qu’à cela ne tienne. Sophie apprend l’astronomie par elle-même en lisant tous les livres écrits sur le sujet. Devant tant l’obstination, Tycho baisse les armes et commence à collaborer avec sa sœur, au sein de son observatoire, Uraniborg. Un bien pour un mal. Car c’est à Uraniborg que Sophie Brahe rencontre et s’éprend d’un ami de Tycho, Erik Lange, un astronome mais surtout un alchimiste qui s’endette dans de vaines recherches autour de la transmutation des métaux. A cause de ses créanciers, Erik doit quitter le Danemark et laisser derrière lui Sophie qu’il n’épousera que 13 ans plus tard. Cette obsession pour l’alchimie ruinera à son tour Sophie qui, sur ses vieux jours, travaillera sur la généalogie de la noblesse danoise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s